Lettre d'info

Sorties en mer

Échouages : pourquoi ?

Dans la plupart des échouages, les animaux arrivent morts (95% des cas) sur la plage après un temps plus ou moins long de dérive en mer. Il est important de considérer que seulement 10 % environ des animaux morts en mer s’échoue sur nos côtes. Les causes des échouages de cétacé sont multiples et souvent très compliquées à déterminer.

La mort et l’échouage d’un cétacé peuvent être liées à des causes naturelles tel que la sénescence de l’individu ou encore diverses pathologies pouvant être liées à l’infection par des bactéries, virus, parasites ou encore des tumeurs. Il peut également s’agir d’individus juvéniles qui ont été isolés de la mère et se retrouvent incapables de se nourrir ou sont totalement désorientés et finissent par s’échouer.
Des causes anthropiques peuvent également être à l’origine d’un échouage :

  • capture accidentelle par des marins pêcheurs : Les cétacés se nourrissent des mêmes poissons que les hommes, ils chassent donc naturellement sur les mêmes zones que les pêcheurs ce qui conduit à des accidents et des captures accidentelles. Ces évènements sont très fréquents pendant la période hivernale. Il ne s’agit pas d’incriminer les marins professionnels qui sont dans la très grande majorité des cas bien ennuyés par ces captures. Une question se pose néanmoins : pourquoi sur des groupes de plusieurs dizaine d’individus, seul un faible nombre voir un seul animal se fait prendre dans les filets ? Il existe peut-être d’autres raisons, en amont, qui explique qu’un animal aussi performant dans l’eau se laisse prendre par le filet (animal affaiblit par rapport au reste du groupe, jeune non encore adapté à la chasse, etc.).
  • Pollution environnementale directe par les hydrocarbures ou indirecte par diverses contaminants. Les cétacés sont des prédateurs supérieurs. Ils se situent au sommet du réseau trophique et accumulent donc tous les contaminants présents dans le réseau. Il y a globalement un facteur 10 entre chaque maillon de la chaîne alimentaire, c’est pourquoi les cétacés présentent de fort taux de contaminants (pesticides, metaux lourds,...). Ces substances sont des immunodépresseurs et fragilisent les individus qui contractent ensuite plus facilement des pathologies.
  • Macrodéchets : ingestion de déchets non digérables qui peuvent obstruer le système digestif.
  • Collision : l’important trafic maritime dans certaine région y compris sur le Gouf de Capbreton peut engendrer des collisions entre les cétacés et les navires. C’est essentiellement valable pour les grands cétacés. Des coupures d’hélices sont aussi constatées chez les petits cétacés.
  • Sonar militaire : les cétacés utilisent le son pour communiquer mais aussi pour se repérer dans leur environnement. Les essais militaires peuvent causer directement des échouages, lorsque la source d’émission est proche ou l’intensité du son importante en perforant les tympans des cétacés mais aussi indirectement en brouillant la réception des sons émis par les mammifères marins qui sont alors incapables de se repérer et s’égarent dans des zones qui peuvent parfois les amener à l’échouage.