Lettre d'info

Sorties en mer

Le site d'observation

Les observations visuelles et acoustiques des cétacés et autres prédateurs supérieurs s’effectuent principalement sur le Gouf de Capbreton : canyon sous-marin d’une longueur de 250 km, pouvant atteindre des profondeurs de 4000 m.

Le Gouf de Capbreton est un site particulièrement favorable au développement d’une faune marine riche et abondante. Il se caractérise par une succession de vallées méandriformes (qui forme des méandres, des sinuosités) dont certaines sont proches de la rupture du plateau continental. Des remontées d’eaux froides, également appelées« upwellings » sont chargées en nutriments et contribuent au développement de la biodiversité, tout comme les apports méditerranéens venus de Gibraltar.

Schéma d'un canyon sous-marin de type gouf.

Ces conditions exceptionnelles expliquent la présence des dauphins, baleines, tortues et requins à proximité de nos côtes.

Gouf de Capbreton

Depuis des siècles, les scientifiques, chercheurs et océanographes se sont penchés sur les origines du Gouf de Capbreton.

Plusieurs théories ont été émises : s'agit-il d'une ancienne vallée d'érosion qui daterait de l'époque glaciaire, d'une faille sismique reliée au plissement pyrénéen ou d'un mouvement tectonique dû au passage de la plaque ibérique sous le continent européen ?

Dans tous les cas, et malgré les nombreuses explorations, le Gouf de Capbreton garde tout son mystère. Pas seulement quant à ses origines, mais également par l'abondance des espèces qu'il abrite : parfois d'extraordinaires poissons, mollusques et cétacés sont observés, très différents de la faune et flore locales (calamars géants, chimères, anges de mer ...).

En 1875, le marquis de FOLLIN découvre une nouvelle espèce d'invertébré benthique qu'il baptise bathisiphon cabritonnensis et en 1999 le GEFMA identifie un mesoplodon densirostris, baleine à bec, jamais observée depuis 1850.

Le Gouf a toujours été connu des marins et des pêcheurs, sa configuration si particulière et sa profondeur abyssale faisant de cette immense fosse submarine un refuge naturel en cas de grosse mer.

Par gros temps d'ouest, la houle ne déferle pas dans la fosse, tandis qu'elle déferle sur les profondeurs de moins de 50 mètres qui la bordent du nord au sud.

De plus, on trouve des fonds de vase de bonne tenue. Des navires ont pu y étaler de forts coups de vent, en mouillant par 60 mètres d'eau et en filant beaucoup de chaînes.

Mais c'est avant tout son tracé remarquable, un des canyons submarins le plus profond au monde, avec ses pentes sinueuses, ses plateaux, ses vallées et ses précipices à seulement quelques encablures de la côte, qui font du Gouf de Capbreton un phénomène géologique exceptionnel.

Sources des images

  • Schéma du canyon sous-marin : auteur Tangopaso sous licence CC BY-SA 3.0.
  • Texte sur le gouf de Capbreton (dernier paragraphe) : port-capbreton.fr (copyright 2013 Sivom Côte Sud, avec leur aimable autorisation).