Lettre d'info

Sorties en mer

Les cétacés et la musique

Test acoustique avec hydrophone.
Test acoustique avec hydrophone

Plusieurs récits tendent à mettre en évidence une communication entre les hommes et les cétacés via la musique et ce depuis plusieurs décennies. C’est notamment le cas du célèbre Wade Doak et de ses interactions avec le dauphin Rampal en Nouvelle Zélande. Ce dauphin était très sensible à la musique de Bach et à la flûte traversière. Il restait également des heures à écouter la femme de Wade Doak parler sous l’eau via un tuyau de plongée. L’exemple de Jim Nollmann, qui jouait de la guitare et composait avec les orques de 1978 à 1988, est également intéressant.

Que signifient ces récits ? S’agit-il d’une communication inter-espèces ? Sur ces sujets les avis sont bien sûr partagés mais les faits montrent néanmoins que les cétacés sont intéressés par la musique et qu’ils peuvent même être capables de composer.

Actuellement, de nouveaux exemples de communication avec les cétacés via la musique continuent de paraître. L’un des cas les plus marquants est celui de Pierre Lavagne de Castellan, créateur du projet Shelltone Whale, qui a permis d’élaborer un instrument de musique (Le Shelltone), ressemblant à une conque de mer, qui reproduit le chant des baleines sur 4 octaves. Pierre Lavagne plonge régulièrement avec « le Shelltone », dans le sanctuaire des mammifères marins Agoa en Guadeloupe, qui intéresse pendant des heures non seulement les baleines à bosse mais aussi les dauphins et les globicéphales.

le Shelltone.
Le Shelltone

Les études de Pierre Lavagne sur le rôle du chant des baleines, méritent un petit aparté. Celui-ci est bien connu pour être assimilé à la reproduction et aux parades des grands mâles pour séduire les femelles. Le bio-acousticien Pierre Lavagne y associe d’autres fonctions comme celle de purification de l’eau via les ondes de vibration qui détoxifient les molécules d’eau. Il soulève également l’hypothèse que les chants permettent la reconstruction des cellules épidermiques en stimulant la production d’acide aminé spécifique. Le chant des mâles aurait également pour fonction de modifier les séquences des acides aminés composant le phytoplancton afin d’augmenter sa valeur protéinique et de permettre une alimentation plus riche aux femelles et aux nouveau-nés dans les zones de reproduction. Ces chants protéidiques ont aujourd’hui des applications en agronomie et sont utilisés par une cinquantaine d’agriculteurs pour favoriser les cultures.

Pour revenir à la communication inter-espèces, les travaux de l’équipe de Denise Herzing avec les dauphins des Bahamas sont très intéressants et ont permis d’élaborer un diffuseur acoustique permettant à l’équipe de communiquer avec les dauphins en associant des sifflements créés artificiellement à des objets qui intéressent les dauphins. L’objectif est bien sûr que les dauphins utilisent ces sifflements pour communiquer avec l’équipe et leur demander les objets souhaités. Précisons que cette étude est réalisée en milieu naturel et que l’équipe côtoie depuis quasiment 30 ans ces dauphins avec lesquels des relations de jeux ce sont développées.

Toutes ces études et récits sont passionnants et élargissent les possibilités de communication avec les cétacés, que ce soit via la musique ou par le bais d’autres outils acoustiques. Notre flûte à bec semble bien dérisoire mais il est toutefois intéressant de constater que sur le Gouf aussi, les dauphins sont réceptifs à la musique.

Extrait d'une émission de Thalassa, diffusée en 2013.

Sources

Photo du test acoustique et du Shelltone.
Photos de Pierre Lavagne de Castellan, créateur du projet Shelltone Whale. Merci à lui de nous avoir donné l'autorisation d'utiliser ces photos.