Échouages
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Échouages
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Échouages

16 kg de plastiques retrouvés dans une baleine à bec

Ce matin l’équipe d’Itsas Arima, correspondante locale de l’Observatoire Pelagis, a affronté la pluie et le vent pour analyser le corps d’une femelle baleine à bec de Cuvier (Ziphius cavirostris) échouée hier à Messanges et ce que l’on a découvert à l’intérieur de son estomac est tout bonnement hallucinant!
16kg de plastique en tout genre!!! Oui, vous avez bien lu 16kg de plastique…

Il s’agissait principalement de sacs plastique, mais on a réussi à identifier aussi des paquets de chips, des sachets de pâtes, des sacs de magasins divers ou encore des sachets de filtres.

Quand on parle de la pollution plastique et de son impact sur les cétacés, on dit souvent que les cétacés sont impactés indirectement c’est à dire qu’ils mangent des proies qui elles-mêmes ont ingérées du plastique, c’est la bioaccumulation. Un dauphin sait reconnaitre un morceau de plastique contrairement à une tortue par exemple.

Mais dans ce cas, comment expliquer qu’il y en ai eu autant dans son estomac et qu’elle s’en soit nourrit directement? Nous avons constaté que l’animal était maigre et présentait une maladie parasitaire importante qui l’a afflaiblit, l’empêchant sans doute de continuer à s’alimenter normalement.

Elle s’est donc rabattue sur ce qu’il y avait autour d’elle et il est tombé sur… nos déchets!!!!

Cette espèce est encore très mystérieuse pour les scientifiques, on connait encore peu de chose sur elle. Elle est très rare à observer, surtout près de nos côtes et pourtant nous avons un énorme impact sur elle, la preuve!!! Ce sont des animaux incroyables, capable de plonger à près de 3000m de profondeur pour se nourrir et le plastique ne fait clairement pas partie de son régime alimentaire.

Il est donc grand temps de valoriser nos déchets au maximum afin qu’ils ne finissent plus dans la nature.
Si on ne le fait pas pour nous, faisons-le pour nos océans et ses habitants.

Articles similaires

Les phoques sont de retour sur nos plages

Quels bons gestes adopter ? ...

Les phoques sont de retour sur nos plages

Les phoques sont de retour sur nos plages

Atelier pour les correspondants du RNE par l’Observatoire Pelagis

Atelier pour les correspondants du RNE par l’Observatoire Pelagis

Atelier pour les correspondants du RNE par l’Observatoire Pelagis

Multiples échouages de baleines sur la façade Atlantique

Multiples échouages de baleines sur la façade Atlantique

Multiples échouages de baleines sur la façade Atlantique