Bien observer

Bien observer

Règles & conduite à tenir

L’homme, quoi qu’il fasse, a un impact sur la Nature

L’observation des mammifères marins est une activité qui fascine tout passionné. C’est d’ailleurs pour cela que dès 1955, l’observation des mammifères marins (aussi appelée Whale Watching) est devenue une activité commerciale pour la toute première fois le long des côtes californiennes en Amérique du Nord. La France et l’Outre-mer, quant à elles, possèdent la 2ème plus grande zone économique exclusive dans laquelle on trouve plus de la moitié des espèces de cétacés existantes.  L’observation des cétacés à des fins récréatives et commerciales s’est alors développée peu à peu, d’abord en  Méditerranée, puis en Atlantique Nord et dans la Manche et depuis peu dans notre région. 

Il est important de souligner qu’une approche de cétacés, que ce soit avec n’importe quel type de bateau, n’est pas un acte anodin sur la faune marine et que dans un souci de protection et de préservation du milieu, cette activité se doit de concilier respect de l’environnement et activité nautique. Chez nous, les cétacés utilisent nos côtes pour différentes actions : se reposer, se reproduire mais aussi et surtout pour s’alimenter, il est donc important de respecter les phases d’activités de l’animal. 

Les cétacés sont des espèces protégées par de nombreux accords internationaux : 

  • Convention de Berne 
  • Convention de Barcelone
  • Convention de Bonn 
  • Accord ACCOBAMS pour la conservation des Cétacés de la Mer Noire, de la mer Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente

Afin de respecter nos objectifs de sensibilisation du public, il nous paraît important de vous expliquer les règles de bonne conduite à tenir lorsque vous êtes en présence de cétacés en mer afin que vous sachiez quoi faire. Ces règles nous nous les appliquons à nous-même et à nos capitaines à chacune de nos observations.

Ces règles se basent sur des lois, un Code de bonne conduite mis en place dans le Sanctuaire Pelagos en Méditerranée et sur notre expertise de terrain. Ce code nous semble donc être le plus approprié à notre zone d’étude. Nous pensons d’ailleurs, comme le démontre certaines études, qu’aujourd’hui le cadre juridique national français pour la protection des mammifères marins est encore insuffisant et inadéquat pour faire face au développement de ces activités.  

Nous espérons que ces règles seront respectées par l’ensemble des acteurs du domaine maritime de notre région (professionnels, plaisanciers, associations, etc.).

Nous vous invitons à lire l’étude publiée par MIRACETI qui porte sur l’activité de Whale Watching et de nage avec les cétacés en métropole et dans les territoires d’outre-mer.

Avant d’observer les cétacés, il faut d’abord savoir les repérer leur signes de présence : 

  • Souffle visible en surface surtout chez les baleines, pouvant atteindre 3m de haut et détectable à plusieurs kilomètres de distance avec une paire de jumelle.
  • Sauts, remous et éclaboussures à la surface de l’eau. 
  • Nageoire dorsale ou caudale visible en surface.
  • Présence de groupes d’oiseaux  important ou d’un banc de poissons particulièrement agités.
RÈGLES DE BONNE CONDUITE

Une observation comporte plusieurs étapes : 

  1. Phase d’observation à distance.
  2. Phase d’approche.
  3. Phase de départ.
1. LA PHASE D’OBSERVATION À DISTANCE

C’est la phase la plus importante à respecter car ce temps permet d’analyser la situation et ainsi permettre la meilleure approche possible de l’animal. Avant toute approche, il est important de reconnaître l’espèce observée alors n’hésitez pas à consulter notre page « Les espèces marines ».  

Durant cette phase, une distance de 300m doit être respectée et il faut prendre le temps d’analyser le comportement des animaux. Il faut réussir à déterminer rapidement dans quelle phase d’activité est l’animal. 

Il existe 4 phases d’activité : 

  • le repos, 
  • le déplacement,
  • la chasse,
  • la socialisation.

Elles se déterminent grâce aux vitesses de déplacement, à la longueur des apnées ou à l’activité physique de l’animal.

2. LA PHASE D’APPROCHE

Pendant cette phase, l’objectif est de présenter le bateau à une distance optimale des animaux pour permettre d’observer convenablement les cétacés mais tout en minimisant le dérangement de ces derniers.

Pour cela, certaines règles doivent être appliquées: 

  • Ne pas positionner le bateau dans le secteur avant ou arrière des animaux, pour ne pas leur couper la route ou les poursuivre.
  • Se rapprocher selon un angle de 30° par rapport à la trajectoire des animaux et devenant progressivement parallèle à la route de l’animal.
  • Ne pas dépasser une vitesse de 5 nœuds à proximité des animaux.
  • Respecter une distance de 100m, appelée « zone d’exclusion » dans laquelle aucune approche ne pourra se faire.
  • Ne pas encercler les animaux, ni séparer les membres d’un groupe.
  • Conserver cap et vitesse et éviter tout changement brusque de vitesse ou de direction.

 

QUE FAIRE EN CAS D’APPROCHE VOLONTAIRE DES ANIMAUX ?

Si l’animal s’approche de lui-même, il faudra alors adapter d’autres règles : 

  • Mettre le moteur au point mort mais ne pas l’arrêter afin que le bateau reste manœuvrable et repérable par les animaux.
  • Garder le même cap, pas de changement brusque de vitesse ou de direction jusqu’à ce que le groupe décroche volontairement du bateau.      

(Mettre image zone d’observation et zone d’approche)

3. LA PHASE DE DÉPART

Après l’observation, le bateau doit quitter progressivement le site en adoptant une route signalant sans ambiguïté son départ.

Précédent
Suivant

L’homme, quoi qu’il fasse, a un impact sur la Nature

L’observation des mammifères marins est une activité qui fascine tout passionné. C’est d’ailleurs pour cela que dès 1955, l’observation des mammifères marins (aussi appelée Whale Watching) est devenue une activité commerciale pour la toute première fois le long des côtes californiennes en Amérique du Nord. La France et l’Outre-mer, quant à elles, possèdent la 2ème plus grande zone économique exclusive dans laquelle on trouve plus de la moitié des espèces de cétacés existantes.  L’observation des cétacés à des fins récréatives et commerciales s’est alors développée peu à peu, d’abord en  Méditerranée, puis en Atlantique Nord et dans la Manche et depuis peu dans notre région. 

Il est important de souligner qu’une approche de cétacés, que ce soit avec n’importe quel type de bateau, n’est pas un acte anodin sur la faune marine et que dans un souci de protection et de préservation du milieu, cette activité se doit de concilier respect de l’environnement et activité nautique. Chez nous, les cétacés utilisent nos côtes pour différentes actions : se reposer, se reproduire mais aussi et surtout pour s’alimenter, il est donc important de respecter les phases d’activités de l’animal. 

Les cétacés sont des espèces protégées par de nombreux accords internationaux : 

  • Convention de Berne 
  • Convention de Barcelone
  • Convention de Bonn 
  • Accord ACCOBAMS pour la conservation des Cétacés de la Mer Noire, de la mer Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente

Afin de respecter nos objectifs de sensibilisation du public, il nous paraît important de vous expliquer les règles de bonne conduite à tenir lorsque vous êtes en présence de cétacés en mer afin que vous sachiez quoi faire. Ces règles nous nous les appliquons à nous-même et à nos capitaines à chacune de nos observations.

Ces règles se basent sur des lois, un Code de bonne conduite mis en place dans le Sanctuaire Pelagos en Méditerranée et sur notre expertise de terrain. Ce code nous semble donc être le plus approprié à notre zone d’étude. Nous pensons d’ailleurs, comme le démontre certaines études, qu’aujourd’hui le cadre juridique national français pour la protection des mammifères marins est encore insuffisant et inadéquat pour faire face au développement de ces activités.  

Nous espérons que ces règles seront respectées par l’ensemble des acteurs du domaine maritime de notre région (professionnels, plaisanciers, associations, etc.).

Nous vous invitons à lire l’étude publiée par MIRACETI qui porte sur l’activité de Whale Watching et de nage avec les cétacés en métropole et dans les territoires d’outre-mer.

Avant d’observer les cétacés, il faut d’abord savoir les repérer leur signes de présence : 

  • Souffle visible en surface surtout chez les baleines, pouvant atteindre 3m de haut et détectable à plusieurs kilomètres de distance avec une paire de jumelle.
  • Sauts, remous et éclaboussures à la surface de l’eau. 
  • Nageoire dorsale ou caudale visible en surface.
  • Présence de groupes d’oiseaux  important ou d’un banc de poissons particulièrement agités.
RÈGLES DE BONNE CONDUITE

Une observation comporte plusieurs étapes : 

  1. Phase d’observation à distance.
  2. Phase d’approche.
  3. Phase de départ.
1. LA PHASE D’OBSERVATION À DISTANCE

C’est la phase la plus importante à respecter car ce temps permet d’analyser la situation et ainsi permettre la meilleure approche possible de l’animal. Avant toute approche, il est important de reconnaître l’espèce observée alors n’hésitez pas à consulter notre page « Les espèces marines ».  

Durant cette phase, une distance de 300m doit être respectée et il faut prendre le temps d’analyser le comportement des animaux. Il faut réussir à déterminer rapidement dans quelle phase d’activité est l’animal. 

Il existe 4 phases d’activité : 

  • le repos, 
  • le déplacement,
  • la chasse,
  • la socialisation.

Elles se déterminent grâce aux vitesses de déplacement, à la longueur des apnées ou à l’activité physique de l’animal.

2. LA PHASE D’APPROCHE

Pendant cette phase, l’objectif est de présenter le bateau à une distance optimale des animaux pour permettre d’observer convenablement les cétacés mais tout en minimisant le dérangement de ces derniers.

Pour cela, certaines règles doivent être appliquées: 

  • Ne pas positionner le bateau dans le secteur avant ou arrière des animaux, pour ne pas leur couper la route ou les poursuivre.
  • Se rapprocher selon un angle de 30° par rapport à la trajectoire des animaux et devenant progressivement parallèle à la route de l’animal.
  • Ne pas dépasser une vitesse de 5 nœuds à proximité des animaux.
  • Respecter une distance de 100m, appelée « zone d’exclusion » dans laquelle aucune approche ne pourra se faire.
  • Ne pas encercler les animaux, ni séparer les membres d’un groupe.
  • Conserver cap et vitesse et éviter tout changement brusque de vitesse ou de direction.

 

QUE FAIRE EN CAS D’APPROCHE VOLONTAIRE DES ANIMAUX ?

Si l’animal s’approche de lui-même, il faudra alors adapter d’autres règles : 

  • Mettre le moteur au point mort mais ne pas l’arrêter afin que le bateau reste manœuvrable et repérable par les animaux.
  • Garder le même cap, pas de changement brusque de vitesse ou de direction jusqu’à ce que le groupe décroche volontairement du bateau.      

(Mettre image zone d’observation et zone d’approche)

3. LA PHASE DE DÉPART

Après l’observation, le bateau doit quitter progressivement le site en adoptant une route signalant sans ambiguïté son départ.

Précédent
Suivant
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Agir au quotidien